lundi 27 février 2012

Master 2- droit Collectivités Territoriales, aspects français, européens et transfrontaliers.

Comme je vous l’avais promis à l’occasion de la nouvelle année, il est temps de vous présenter mon master 2 et ce que j’en retire à l’aube de ce dernier mois de cours.

Comme je vous l’avais, il me semble indiqué dans un post précédent si j’ai choisi ce master, c’est à la fois pour me diversifier en terme de droit public pour compléter ma formation totalement privatiste et avoir ainsi un nouvel élan face aux collectivités territoriales acteurs fondamentaux de la vie économique et également pour avoir un bagage pour passer les concours administratifs le cas échéant. Avec pour troisième but avoué, avoir enfin ce fameux BAC+5, oui, vous savez quand on vous dit « passe ton bac d’abord », puis « tu devrais terminer ta licence », et «maintenant que tu es arrivée jusque-là, ça serait quand même bien un master 2 ». Toujours prête à relever les défis je me suis lancée, oui, mais dans quoi ?

Le master 2 droit des collectivités territoriales a aujourd’hui une finalité recherche et une finalité professionnelle, et bien entendu si vous avez suivi mon parcours, vous savez que mon objectif est bien la professionnalisation.

Sur ce point, je réserve mon avis, l’unique aspect professionnalisant qui me vient réellement à l’esprit étant le stage de trois mois prévu dans le cadre du cursus. En effet, nous sommes dans un cadre universitaire très classique et le parcours professionnel n’a pas de module différent du parcours recherche. Ce qui a mon sens est bien dommage. Je sais que mon envie de généraliser les formations d’apprentissage à l’université et à des matières comme le droit semble peut-être couteux et inutile, mais pour moi c’est l’avenir de la professionnalisation.

Un point positif est la prise de parole d’intervenants issus du monde des collectivités territoriales lors de certains cours qui ont pu nous donner une approche plus concrète du terrain, notamment en finances locales, en actions sociales et actions culturelles. Je remercie d’ailleurs ces intervenants qui nous sortent parfois de nos carcans trop universitaires et nous amène à nous poser de bonnes questions pratiques.

En ce qui concerne la formation en elle-même, elle a d’abord pour vocation de nous amener à maitriser la plupart des sujets juridiques qui entourent les collectivités territoriales et sur ce point je pense que la mission est réussie. Les cours sont plutôt bons dans l’ensemble, bien que le volume horaire ne permette pas l’approfondissement et peut-être la professionnalisation de l’ensemble des matières (on compte une dizaine d’heures en moyenne par module). Cela me semble peu, peut-être du fait des années précédentes beaucoup plus imposantes en qualité de temps.

Ainsi, en si peu de temps, il est parfois dur d’appréhender une matière comme nous aurions aimé pouvoir le faire, mais vous allez me dire que le travail universitaire suppose un travail personnel important et c’est sans doute encore plus le cas en master 2.

Ensuite, nous avons vocation à maitriser l’espace européen qui génère nombre de législations applicables à nos collectivités territoriales nationales de façon directe ou indirecte d’ailleurs. De ce point de vue, la formation réussie encore le test dans la mesure où ces thèmes sont abordés et que le droit comparé est toujours un bon moyen de ne pas rester enfermer dans ces certitudes nationales ou mêmes locales.

Je suis un peu exhaustive sur le sujet, des pages entières pouvant être développées à propos d’une formation ou d’une autre et à fortiori de la mienne. Donc, pour résumer :

Les + :

- Une formation adaptée à la préparation des concours administratifs

- Une vue globale du fonctionnement des collectivités territoriales françaises et européennes

- Un corps enseignant de qualité, même s’il est toujours nécessaire de se remettre en question en termes d’organisation.

Les - :

- Un parcours professionnel non-défini clairement

- Un volume horaire à mon gout peu important.

Je suis à votre disposition pour toute question sur le master 2 droit des collectivités territoriales de Metz, Je serai ravie d’y répondre en détail, parce que si je semble quelque peu critique, je défends néanmoins ma formation bien entendue et si vous êtes étudiant et que vous voulez des conseils d’orientation n’hésitez pas!

Anne-Claire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire